Circulant en ville des Ouadhias dans un véhicule privé, Hocine Azem et Hachim Muh Wamar, tous les deux sont cadres indépendantistes kabyles, ont été interceptés dans un point de contrôle de la police coloniale algérienne, sur la route reliant les Ouadhias vers Boghni, pour d’abord un contrôle de routine, avant que la police leur signifie sans motif ni aucune forme d’explication une interpellation, en déni du droit, pour les conduire sous les gyrophares des véhicules de la police vers le Commissariat des Ouadhias.

Arrivés au Commissariat de la Sureté des Ouadhias, tous les policiers étaient sur le qui-vivepour autant, Hocine Azem et Hachim ont été interrogés par des officiers de la police en civils en leur notifiant que les ordres de leurs interpellations sont venus « d’en haut » sans pour autant expliquer le pourquoi en terme de droit ni les motifs juridiques auxquls les policiers en civil doivent dans pareilles circonstances en faire réfernce dans un cadre d’ un Etat de droit auquel l’Etat colonial algérien se targue vis-à-vis des instances internationales.

Les officiers du régime colonial algérien leur ont fait subir un interrogatoire avec des questions sur leurs activités politiques auxquelles les interpellés ont refusés de répondre en raison de la nature injustes et iniques des questions et ce, pendant plus de deux heures.

Les interpellés ont été en suite mis dans une salle d’attente du Commissariat des Ouadhias pour attendre les instructions « d’en haut » pendant un temps des plus déraisonnables pour une mesure d’interpellation à tous les égards illégale et injuste.

Après coup, les policiers en civil et en uniforme ont rendus les papiers d’identification des militants indépendantistes kabyles en les libérant de leur Commissariat, après plus de trois heures d’interpellation arbitraire en violations des Droits de l’Homme et des libertés en général notamment la liberté de circuler accordée à toutes les personnes innocentes, dans leurs propres Pays, d’autant plus que cette liberté de circuler est garantie par toutes les Conventions et les Traités onusiens ratifiés par l’Algérie.

Cette interpellation de trop à l’encontre des indépendantistes kabyles augure les grenouillages de l’Etat colonial algérien en complicité avec des composantes politiques sévissant en Kabylie en toute collaboration avec les objectifs du régime algérien, qui plus est, veut en finir avec les militants souverainistes kabyles qui tiennent encore la flamme de l’indépendantisme kabyle pacifique sur terrain du champ politique kabyle face aux manœuvres de l’Etat colonial algérien qui le combat avec tous les agents polluants en sa possession.

T.Z pour MK

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here