Ce samedi 14 octobre a eu lieu à Saint-Etienne le dépôt d’une gerbe de fleurs à l’Allée Matoub Lounès près Parc François Mittérand en présence d’élus de la mairie de Saint-Etienne, des membres de l’association Numidya, de Nadia Matoub et de nombreuses personnalité kabyles. Ce dépôt de gerbes de fleurs en la mémoire de Lounès Matoub a lieu dans le cadre de la première édition de la Biennale amazighe organisée par l’association Numidya en partenariat avec la mairie de Saint-Etienne dont les activités ont lieu du 12 au 14 octobre. Nadia Matoub en est la marraine.
Jusque-là tout va bien et on ne peut que se réjouir qu’un association amazighe puisse mettre à l’honneur la culture amazighe et que la Mairie de Saint-Etienne, convaincue certainement par l’association Numidya, soutienne un tel évènement. Mais voilà que lors de la cérémonie qui a suivi le dépôt de la gerbe de fleurs et après la prise de parole de Nadia Matoub, de l’adjoint au maire de Saint-Etienne et de la présidente de l’association Numidya, cette dernière, et à la surprise de nombreuses personnes, donne la parole au vice-consul d’Algérie à Grenoble. Mais qu’est-ce que vient faire dans une cérémonie en l’honneur de Lounès Matoub un représentant de l’Etat algérien l’Etat qui l’a tué, un Etat qui a, depuis son existence, combattu l’Amazighité, un Etat qui meurtri la Kabylie, un Etat qui, au quotidien, verse dans la chasse aux Kabyles qui tiennent à leur dignité et qui se battent pour la libération de la Kabylie, un Etat qui s’attaque à tout ce qui symbolise l’Amazighité sur ce territoire qu’il détruit depuis plus d’un demi-siècle ? 
Jointe au téléphone, Nadia Matoub dit être scandalisée par cette mascarade. Alors qu’elle marraine de l’évènement culturel, elle dit ne jamais avoir été informée de la présence de représentants institutionnels autres que les élus de la Mairie de Saint-Etienne. Ayant été mise devant le fait accompli, et ne pouvant cautionner une telle mascarade, elle n’entend pas laisser passer cette tentative de récupération de la mémoire de Lounès Matoub par l’Etat algérien. 
Si l’Etat algérien est dans son rôle, si la mairie de Saint-Etienne peut trouver un intérêt à la présence de représentants de l’Etat algérien à cet évènement, mais comment se fait-il que l’association Numidya, organisatrice de l’évènement, accepte une telle atteinte à la mémoire de Lounès Matoub ? 

La Rédaction de Tamazgha.fr