Ce n’est qu’après plus de 11 heures que nous avons reçu l’information malheureuse d’une agression féroce digne d’un comportement sauvage d’une militante du MAK-Anavad par un agent de sécurité zélé dans la résidence universitaire fille de Mdouha.

En effet, cette militante sincère n’a fait que brandir que le drapeau kabyle lors d’un gala pour qu’elle soit agressée et traitée de tous les noms.

Celà s’est passé lorsque le gala a commencé, cette souverainiste kabyle, par amour à son drapeau a dû le prendre pour le brandir haut et fort et crier dans les airs « Kabylie indépendante ». C’est là qu’une jeune fille qu’on a soupçonné de « serviteure du pouvoir et de la police », est venu pour lui demander de ranger le drapeau et ne pas perturber le gala. La militante indépendantiste a refusé de le ranger en lui demandant « comment est-ce qu’un drapeau peut gêner une festivité ? », « Je suis kabyle, j’ai le droit de brandir mon drapeau » lui dit-elle. Suite à cette discussion qui n’a rien changé de la motivation de la fille militante à lever son drapeau, l’autre jeune femme qui est venue lui demander de l’enlever a dû contacter un agent de sécurité pour régler l’affaire.

Effectivement, l’agent de sécurité est venu pour utiliser la violence et arracher l’emblème de la Kabylie des mains de cette jeune fille étudiante qui a décidé prendre défense de son drapeau et résister. Malheureusement, les choses ont tourné dans des circonstances très mals, la militante du MAK-Anavad a été prise sauvagement par les mains, les agents de sécurité lui ont confisqué le drapeau après l’avoir déchiré en le tirant, la victime s’est trouvée par terre avec pleins de fractures et de douleurs dans son corps.

Pire encore, les agents ont refusé qu’elle soit soignée ou transportée à l’hôpital. Néanmoins, après plusieurs interventions, l’étudiante kabyle a eu une petite consultation au CHU de Tizi-Ouzou.

Contacté par le MK, Sarah, la victime de cette énième atteinte à l’intégrité physique des femmes kabyles, nous a témoigné qu’elle a perdu conscience et quand elle s’est levée, la police s’est mobilisé et avait envoyé plusieurs des leurs dans sa chambre. « On dirait qu’ils ont capturé un criminel recherché » nous dit-elle.

Photos:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here