Un Hommage très émouvant à été rendu aujourd’hui par la Famille souverainiste URK à Ait Aissi à Becha Massinissa lâchement assassiné le 14 juin 2001 à l’âge de 25 ans et tous les martyrs du printemps noir. Cette activité dont le but est de bannir la culture de l’oubli entre dans le cadre de la commémoration de la marche historique du 14 juin 2001 qui a signé de l’acte de renaissance de LA NATION KABYLE.

Cet hommage a été rehaussé
avec la présence de la maman de Becha Massinissa, toujours meurtrie et endeuillée. Elle se souvient de son dernier échange la veille de la marche. Elle lui avait dit alors que les larmes coulaient toutes seules : « mon fils il faut pas aller , il vont te tuer. Massinissa avait répondu : A yemma ghas mmutegh ad d-kkren wiyad , maman même si ont me tue d’autres continuerons le combat « .

Nous signalons aussi la présence avec nous de son brave frère Jugurtha qui a aussitôt déclaré : mon frère est mort pour que vive la liberté et la démocratie et aujourd’hui nous disons encore Ulac smah ulac.

Boussad Becha, Hocine Azem, Abdelkader Ould Abdeslam et Bouaziz se sont succédés pour rappeler l’impératif d’entretenir la mémoire collective du peuple kabyle et de construire un consensus entre les forces kabyle, seul moyen pour protéger la Kabylie et assurer l’avènement d’une République kabyle démocratique, sociale et laïque.

Les intervenants ont unanimement réitéré le soutien de l’URK à Merzoug Touati et à toutes les victimes de l’injustice algérienne et de sa dictature criminelle

Yenna- d uheddad n wawal, Mas Buεziz U Cebbi : » Yella yiwen zik nni, izga immuɣven imi tettmetta-t-as dderya.
Yiwen wass yerna uqcic ɣur-es. Imeddukal-is nnan-as : tikkelt-a, ur as tegg ara isem ahat ad y-idir.Dɣa yuɣ-asen awal.
Kra n wagguren, yemmut uqcic nni. baba-s nni yeffeɣ- it laεqel qriv ad isleb.

Rzan-d ɣur-es yimeddukal-is , nnan as : ayen akka i k-yeffeɣ ṣṣbeṛ tikelt-a ? Yerra-yasen: imenza ɣas mmuten ǧǧan-d isem , wamma wagi ,yemmut yerna yeqqim d w-ar isem « .

« Becha Massinissa, Toufik Naamane, Serray Hanafi, Hettak Youcef, Merzouki Arezki, tous assassinés lors de la grandiose marche du peuple kabyle le 14 juin 2001 et les autres martyrs de la Kabylie ne mourront jamais. Leurs noms sont gravés en lettres de liberté dans notre mémoire et dans notre histoire ».

Mass Bouaziz Ait Chebib a conclu son allocution avec une note d’espoir :

Ur nelli d uffal , ad as neknu i waḍu.
Ur nelli d uzzal, ad aɣ yessefsi wurɣu.
Nukni d talwit, talwit tzuzzuf tawaɣit.
Nukni d tilelli, tilelli tettruẓ kra yellan d amesvaṭli.
Nukni d taqvaylit. Taqvaylit tella iḍelli, tella ass-a, ad-tili azekka, ad-tili i lebda.

Hamid At Ali