L’État algérien, par le biais d’une justice aux ordres, vient de condamner un journaliste kabyle à 7 ans de prison ferme et 5 ans
d’interdiction de quitter le territoire « national ».

Le Makhzen, par le biais de la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, a condamné Nasser Zefzafi et ses compagnons à des peines lourdes allant jusqu’à 20 ans de prison.

Voilà deux scandales planétaires qui n’émeuvent personne. Cela doit nous donner sérieusement à réfléchir et à prendre en considération que seule notre solidarité sans faille pourra nous épargner le désastre.

Contrairement à ce qui est répandu ici et là, l’Algérie et le Maroc sont des alliés naturels dès qu’il s’agit d’empêcher l’émancipation d’un peuple Amazigh. Et vice-versa. En Afrique du Nord, l’Algérie et le Maroc sont deux faux États arabes qui se disputent un pseudo leadership régional aux dépens des vrais peuples amazighs dont l’extinction est indiscutablement le vœu commun. Au sein de ces États coloniaux imprégnés de l’idéologie conquérante de l’Arabo-islamisme, le peuple rifain subit au Maroc ce que subit le peuple kabyle en Algérie et en tant que Kabyles libres, nous ne pouvons qu’apporter notre soutien au peuple frère du Rif qui lutte, comme le peuple kabyle, pour le recouvrement de sa souveraineté perdue au profit d’une existence de servitude et de négation.

Aujourd’hui, plus que jamais, au vu des politiques lourdement assimilationnistes, répressives et oppressives des faux États nord-africains, il est impératif que les militants amazighs qui luttent pour leur existence en tant que peuples et nations se rassemblent autour d’une organisation nord-africaine dédiée à la solidarité entre les peuples Amazighs et à la défense de leur droit à l’autodétermination.

Bouaziz Ait Chebib, membre fondateur de l’URK