L’URK, le mouvement indépendantiste récemment né, a prévu un rassemblement pour dénoncer la répression qui s’abat sur les militants de la liberté aujourd’hui à 11h devant le portail principal de l’université Mouloud Maameri (Hasnaoua).

Mais, les choses ont tourné mal. La police a dressé plusieurs barrages tôt le matin, et ils ont réussi à arrêter plus de 10 militants dès qu’ils ont sorti de leurs foyers. Nous citons, Hocine Azem, Abdelkader Ould Abdeslam, Hamrani Mouloud, Bouaziz Aït Chebib…

Les militants qui n’étaient pas en état d’arrestations ont remarqué la présence massive des renforts policiers, voir même de la Brigade de Recherche et d’investigation. En effet, plus de 5 4×4 de BRI, 4 grands fourgons de blindés et la police qui fait les va et viens aux alentours.

A 11h, les 4×4 de la BRI se sont dépêchés pour stationner devant le portail. Les militants n’étaient pas encore là. Mais dès que les militants ont sorti leurs drapeaux et pancartes et scandaient des slogans hostiles contre le pouvoir algérien, les policiers en civils et en tenues ont foncé sur la quinzaine de militants mobilisés. Ils ont été agressés violemment devant les yeux de la population kabyle. Ensuite les victimes ont été embarqués manu militari directement aux commissariats.

Aucune information depuis. Les interpellés sont toujours dans les mains de la police algérienne.

Vous pouvez visionner la vidéo ci-jointe pour voir comment la police traite des militants pacifistes de l’URK.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here